Le T.A.N

Le Théâtre de l’Air Nouveau et la mémoire : un engagement

 

Pour défendre le répertoire théâtral et littéraire antillais dans l’Hexagone. Luc Saint-Eloy fonde en 1983 avec Marie-Line Ampigny le Théâtre de l’AIR (artistes immigrés réunis) , qu’il rebaptise le Théâtre de l’air nouveau en 1986.

À travers ses écritures dramatiques et ses mises en scènes, il interpelle sur des problèmes de la société et lutte pour l’égalité. De 1998 à 2004, il fonde le Centre Culturel Afro-Caraïbe, dans lequel il propose un ciné-club, une Theatrothèque, une galerie d’art, une cellule de loisirs, un Kombit social et une trentaine d’ateliers (danse, chant, gospel, percussions, théâtre, arts plastiques, histoire et langues… et des spectacles interactifs et pédagogiques sur les cultures et les mondes « noirs ».

Luc Saint-Eloy, organise en 1998 pour la commémoration du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage, un évènement culturel en plein cœur de Paris rassemblant plus de 60 000 spectateurs. Ce défilé-spectacle composé de plus de 450 personnages costumés autour d’une grande fresque historique « les échos de la Mémoire » et « les Milans du temps » représente l’histoire des peuples d’Afrique, de la Caraïbe, de l’océan Indien et des Amériques.

Après la création en 2013 de l’exposition sonore et visuelle « Les échos de la mémoire » dans le Jardin du Luxembourg à Paris, inaugurée par le Président de la République, François Hollande, dans le cadre de la Journée nationale des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions ; après son itinérance en Guadeloupe de 2014 à 2017, (Fort Fleur d’Epée au Gosier, Duval à Petit-Canal, Fort Delgrès à Basse-Terre, Habitation Mûrat, Eco-musée de Grand-Bourg à Marie-Galante) labellisé UNESCO Projet soutenu par la Route de l’esclave, avec le soutien du Conseil Régional et du Conseil Départemental de la Guadeloupe, avec le concours de la Ville de Petit Canal, de la Communauté du Nord-Grande-Terre et de la Communauté des communes de Marie-Galante, ce sera une belle manière de poursuivre ce que nous nommons désormais « Les ateliers du Savoir » qui ont pris naissance avec la création de « Blessures secrètes, Port-Louis 1943 » le 30 avril 2016 dans la commune de Port-Louis en Guadeloupe, publiée aux éditions Jasor en Mai 2017.

 

2018 : un nouveau rendez-vous

Cette fois, avec « L’impossible procès », nous souhaitons proposer au public une autre approche de notre devoir d’histoire, celle de faire entendre de façon originale « les échos des évènements du mois de mai 1967 », en prenant le temps de faire escale dans la Guadeloupe des années 1960.

 

La première pièce de la Compagnie « Carmen la Matadore » mise en scène par Marie-Line Ampigny fut créée au Festival culturel de Fort-deFrance en 1983, avec Rosy Cyrille dans le rôle de Carmen, Luc Saint-Eloy dans le rôle de José et Henri Coranson dans le rôle de Camille.

« L’impossible procès » sera créé dans le cadre de la 47ème édition du Festival culturel de Fort-de-France, et c’est une belle manière de fêter en Martinique le 35ème anniversaire de la Compagnie ! Ce n’est peut-être pas un hasard –
Merci au Festival culturel de la ville de Fort de France de nous ouvrir encore le chemin de la création !