Le metteur en scène

 

Né à Djibouti en 1955, Luc SAINT-ELOY est Guadeloupéen. Il grandit aux Antilles et débarque à Paris en 1975, pour y débuter sa carrière théâtrale à partir de 1981. Après une formation de comédien au Studio Charpentier, il prépare un D.E.U.G de Cinéma à l’Université Paris VIII.

Luc Saint-Éloy s’est également intéressé à la musique. En 1982, il obtient le 1er Prix de la Meilleure Biguine Créole en Guadeloupe. Cette même année, sa première pièce Le Prix de la Terre est sélectionnée au Prix Gibert Jeune. C’est la rencontre avec l’un des membres du Jury, grand défenseur de ce texte : Bernard-Marie Koltès, qui l’encourage à poursuivre ses travaux d’écriture. La pièce est publiée à La Pensée Universelle en 1987.

Avec Marie-Line Ampigny, il fonde en 1983, la compagnie du Théâtre de lA.I.R. (Artistes Immigrés Réunis), qu’il rebaptise en 1986 Théâtre de lAir Nouveau après le départ d’Ampigny, avec l’objectif de rendre présent et vivant le théâtre antillo-guyanais sur le sol français, afin de faire découvrir le répertoire théâtral des régions afro-caraïbes. Il signe alors ses premières mises en scène.

En 1988, il publie sa première nouvelle Folle ivresse dun retour au pays, dans la revue ‘le Monde Inconnu’. Il poursuit en 1990, avec Bang Bang Solo diffusée en 1992 sur France Culture (Réalisation : Anne Lemaître).

En 1991, avec sa pièce Trottoir Chagrin, il est lauréat du premier concours d’écriture dramatique de la Soif Nouvelle organisé par le Centre Dramatique Régional de la Martinique. La pièce est diffusée sur France Culture en décembre de la même année (réalisation : Georges Peyrou), et le texte est étudié depuis 1992 aux Etats-Unis, à l’Université de Pensylvannie, au Department of French College of the Liberal Arts. En février 92, la pièce Trottoir Chagrin est enfin créée au Théâtre municipal de Fort-de-France en Martinique, et sera jouée près de 100 fois. C’est l’occasion pour Luc Saint-Éloy de conjuguer ses talents d’auteur et de metteur en scène.

À la recherche dune expression théâtrale antillaise originale, il fait dans sa création le choix d’une esthétique authentique, hors de tout “modèle imposé”.

En développant le champs d’activités du Théâtre de lAir Nouveau, et pour tenter de promouvoir la littérature antillaise dans l’hexagone, il crée en 1992, une nouvelle forme de rencontres-débats littéraires et musicales. Ces rendez-vous sont proposés plus tard sous l’appellation “Pitt a Pawol” par l’association Gran Balan créée par Yasmina Ho-You-Fat. Luc Saint-Éloy en devient tout naturellement le Coordinateur artistique en 1994, au Caveau de la République à Paris.

Créateur d’événements, il met en scène en 1998 une grande fresque historique à Paris, “Les Echos de la Mémoire” et “les Milans du Temps“, avec plus de 450 personnages costumés, représentant l’histoire des Peuples d’Afrique, de la Caraïbe, de l’Océan Indien, et des Amériques, pour la commémoration du 150ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage. Plus de 60.000 personnes ont pu assister et participer au défilé-spectacle.

De 1998 à 2004, il dirige le Centre Culturel du Théâtre de l’Air Nouveau à Pantin puis à Paris, pour la promotion des arts et cultures afro-caraïbes et de l’Outre-Mer en France, avec une série d’ateliers d’apprentissage ouverts à tous, et anime parallèlement une émission radiophonique mensuelle “Le Ciné-Théâtre de l’Air Nouveau”, consacrée au monde artistique et culturel des mondes noirs (1997-2001).

Depuis le succès de “La Barrière des Préjugés” co-réalisé avec Foued Mansour en 2005, Luc St-Éloy travaille autour de plusieurs projets cinématographiques. Son dernier court métrage “Map-Ternité“, a obtenu le prix du meilleur court au Festival Vues d’Afrique à Montréal, au Canada en avril 2008, et Mention spéciale du Jury au FEMI 2009 en Guadeloupe. Il prépare actuellement son premier long métrage adapté de sa pièce « Trottoir Chagrin » qu’il produira avec sa société : Toit Monde Production – Toit Monde Films.