LE CONTEXTE

Contexte général

 

La Guadeloupe se relève tout juste du cyclone Inès de 1966. Rien n’est simple pour la population dont une grande partie mène une vie de misère. On pourrait presque parler de pays sous-développé, avec un fort taux de chômage, une  démographie très élevée et un habitat insalubre…

 

Les élections législatives de 1967

 

Un climat d’injustice règne par-dessus tout, avec une période électorale dominée par des fraudes régulières organisées par les autorités locales. Les élections législatives de mars 1967 resteront dans les esprits.

Le 5 mars 1967, Maître Gerty Archimede qui jouit d’une immense popularité se fait voler son élection par une fraude massive et éhontée, organisée par les plus hautes instances des autorités locales de l’époque. Les gens sont amers. Un profond sentiment d’injustice les accapare.

Gerty Archimède

La populaire Gerty Archimède, première femme noire avocate, se voit privée de sa victoire.

C’est la première afro-descendante de France à devenir avocate. Elle intègre le Barreau de Guadeloupe en 1952. L’année suivante elle est élue adjointe au maire de Basse-Terre et devient maire de cette ville jusqu’en 1956. Elle est née le 26 avril 1909 à Morne-à-L’eau. Elle crée en Guadeloupe un mouvement Féministe, une fédération de l’Union des Femmes Françaises, pour soutenir ses efforts pour obtenir l’application de la sécurité sociale et du droit à la retraite pour les femmes de Guadeloupe.

 

Fait divers à Basse-Terre

Un incident raciste se transforme en émeute. La ville de Basse-Terre brûle !

Va dire bonjour au nègre !

Un certain monsieur Srnsky, un blanc d’origine Tchèque, propriétaire d’un magasin de chaussures, chasse un ferreur de chaussures installé sur le trottoir, après l’avoir invectivé devant son entreprise, en lançant contre lui son chien. Ce vaillant berger allemand, de belle taille,  reçoit la consigne de son maître « Va dire bonjour au nègre ! ». On devine la suite.

La foule en colère se dresse et réagit avec force. Elle finira par saccager le magasin en y mettant le feu.Durant 3 jours les 20, 21 et 22 mars 1967, Basse-Terre est en émeute. Dans un appel au calme, le préfet déclare comprendre la colère populaire et jure que cet acte raciste sera puni. Mais contrairement aux promesses, les émeutiers seront condamnés à de fortes peines de prison.

 

Voilà le climat qui règne en Guadeloupe en 1967